Logo Savoir Faire Ekang

ENCYCLOPEDIE DES SAVOIR-FAIRE EKANG - ENSAFE

Pr Alain Ondo, une vie au service d’une cause…

Lutte contre la drépanocytose

Le Professeur Alain ONDO est né le 06 juillet 1952 à Oyem, dans la Province du Woleu-Ntem, située dans le nord du Gabon. Fils de ONDO NDONG Jean François, ancienne figure politique du Gabon et de MINKUE MI EDZANG Germaine, il était du clan Nkodjein, village Mekaga-Nkodjein d’Oyem (Meka’a  Nkodjein), côté paternel et du côté maternel, du clan Effack (Bitam, ancien Melen). Père aimant et soucieux du bien-être des autres, scientifique hors pair, chef coutumier qui au travers de la médecine savait allier tradition et modernité, il aura voué toute sa vie au service d’une cause : « La lutte contre la drépanocytose » tout en nourrissant l’espoir d’une meilleure prise en charge des patients. Son œuvre inspire la réalisation d’un rêve de plusieurs destinées à travers l’excellence au prix du travail bien accompli.

Qui était le Professeur Alain ONDO ?

Le Professeur Alain ONDO est un Gabonais d’origine, qui était marié et père de quinze (15) enfants, dix-sept (17) petits-enfants et 3 arrière-petits-enfants. Il avait fait le choix de servir le Gabon à travers la Médecine et particulièrement de la prise en charge des patients drépanocytaires. Il aimait le football, la musique et les enfants, particulièrement ses petits-fils.

 

Son parcours académique

Il débute ses études en 1958 à l’Ecole Régionale d’Oyem (ERO) avant de rejoindre l’Ecole urbaine de Libreville, puis l’Ecole mixte de Libreville où il réussit avec succès au concours d’entrée en 6ième du Lycée Léon Mba de Libreville. Il en ressortira avec l’obtention d’un Baccalauréat série Mathématiques-Élémentaires (Terminale C). Il entamera alors de longues études universitaires.

  • 1971-1972 : Études pré-universitaires au CEGEP BREBEUF (Montréal, Canada) 
  • 1972-1976 : Études à la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal (Canada) sanctionné par un diplôme de Doctorat d’Etat en Médecine.
  • 1976-1979 : Études spécialisées en Pédiatrie à l’Hôpital Sainte Justine, Faculté de médecine de l’Université de Montréal ( Canada) sanctionné par un Diplôme d’Etudes spécialisées en Pédiatrie (DES)
  • 1971-1976 : Boursier de L’A.C.D.I (Agence Canadienne de Développement International), option Médecine 
  • 1976-1979 : Boursier du Gouvernement Gabonais , spécialisation en Pédiatrie.
Professeur Alain Ondo Drépanocytose

Sa carrière professionnelle

TITRES UNIVERSITAIRES

Externe et Interne des Hôpitaux de Montréal,  Faculté de Médecine (Canada) ; Assistant de Faculté,  Faculté de Médecine ; Chef  de clinique des hôpitaux de Libreville ; Professeur Agrégé de Pédiatrie (1991); Professeur titulaire de Pédiatrie(1998) ; Chef de Département d’Hématologie- Immunologie.

TITRES HOSPITALIERS

Hôpital Sainte Justine de Montréal au Canada : Participation à l’enseignement de la Pédiatrie pour les étudiants pré gradués de 1977 à 1969 ;

Hôpital provincial de Melen : Médecin en Chef des Services pédiatriques. 

FONCTIONS D’ENSEIGNEMENT

Membre du Conseil National de l’Ordre des  médecins,  Président de la Société Gabonaise de Pédiatrie (SOGAPED) ,1997-1999 : Membre du Conseil Scientifique de la  Revue, Bulletin Medical d’Owendo (BMO), Faculté de Médecine au Gabon.

A L’INTERNATIONAL

Il a été Président d’honneur de la Société Africaine d’hématologie et de Transfusion Sanguine ; Membre du Club de l’hémoglobine,  Paris ; Membre de l’Association des Pédiatres d’Afrique Noire Francophone (APANF) ;Vice-Président de l’Association des Pédiatres d’Afrique Noire Francophone,  1987-1999 (APANF) ; Membre de l’Union des  Associations de Pédiatrie Francophone et Anglophone  (UNAPSA) ; Membre du Conseil Scientifique de la revue de l’UNAPSA ; Membre de l’Association Internationale de Pédiatrie (AIP) ; 

Membre de l’Association des Pédiatres de Langue Française ; Membre de l’Association des Pédiatres du Québec (Canada) ; Membre de l’Association des Médecins spécialistes du Québec (Canada).

TRAVAUX SCIENTIFIQUES

En trente-trois (33) ans de carrière, laisse à la communauté scientifique plusieurs travaux notamment : 150 communications orales : séminaires,  congrès,  stages, conférences . 100 Publications scientifiques, revues internationales, 41 directions de thèses de Doctorat en Médecine de 1979-2010 soit une contribution à la formation de 830 Médecins , 500 Sages- Femmes , 450 Biologistes.

Sur le plan administratif, il a été respectivement : Médecin-Chef des services pédiatriques (1979-1991) ; Directeur de l’Hôpital Provincial de l’Estuaire de Melen (1985-1991) ; Conseiller Spécial du Président de la République en 1998.

Sa carrière lui aura valu plusieurs distinctions sur le plan national et international entre autre : Lauréat de la  Faculté de Médecine,  Prix de Pédiatrie de l’Université de Montréal( 1977) ; Prix international LEHMAN sur les recherches sur la Drépanocytose (1987) ; Prix international de recherches sur la Drepanocytose (1993) ; Médaille  150e  anniversaire de l’université de Montréal ; Prix franco-africain de recherches médicales sur la Drépanocytose des Laboratoires SANOFI-SANDOZ à l’Université Libre de Bruxelles, Belgique (1993) Abidjan, Côte d’Ivoire ; Médaille PASTEUR-MERIEUX CONNAUGHT (1996) France ; Travaux sur la Drépanocytose,  Bicentenaire de la Première vaccination ; Africa International Award N°311 en Février 1998 ; Award Excellency in Sickle Cell Research, Africa en 2000en  Afrique du Sud ;  Prix International de Recherches sur la Sicklanemologie (2007) à Paris ; Mérite Gabonais ; Étoile Équatoriale.

Professeur Alain Ondo, Gabon

Pourquoi a-t-il milité avec un fort intérêt pour la lutte contre la Drépanocytose ?

Le choix de la Drépanocytose est dû à une expérience familiale personnelle. Le Professeur avait un intérêt et une préoccupation particulière sur cette maladie à cause de son entité clinique, particulièrement les crises douloureuses, invalidantes qui se manifestaient chez plusieurs patients et l’impact qu’elle avait sur la qualité de vie des familles, sur l’état psychologique des patients et leurs familles. Mais encore plus à cause  de sa forte mortalité,  surtout chez les enfants.

Quel héritage laisse-t-il non seulement à sa famille mais également à la médecine et au Gabon ? 

A la famille : le Professeur laisse un énorme vide (pleurs)… car il était d’abord un Père aimant,  très soucieux de l’avenir de ses enfants. Il était très strict s’agissant de notre éducation,  mais c’était nécessaire,  bien que parfois difficile lorsque vous devez poursuivre le travail d’un homme d’une telle dimension. Il nous a appris que dans la vie, l’excellence s’obtient au prix d’efforts, et surtout d’un travail bien accompli. Mais le Professeur, nous vous rassurons, était un père qui aimait les loisirs et qui savait en faire profiter à tous ses enfants et petits-enfants. C’était aussi un Conseiller matrimonial qui savait nous orienter dans nos choix et décisions à prendre par rapport à nos foyers

A la médécine : il laisse en héritage un professionnalisme et des connaissances remarquables. En effet, le Professeur, dans ses enseignements magistraux à la Faculté de Médecine,  vous donnait envie d’aimer la Médecine. Ses cours rendaient la Médécine agréable et parfois, rien qu’avec ses explications, vous n’aviez plus besoin de faire du par cœur pour les comprendre, les explications étaient claires. En  anecdote, il offrait toujours à ses étudiants,  en fin de cours, des cannettes de jus pour agrémenter leur journée.

Au Gabon : il laisse un sentiment de fierté d’être gabonais. C’est vrai que nous avons été longtemps nourris par le complexe de l’extérieur,  avec la pensée que tout ce qui était mieux venait forcément de l’Occident. Avec le Professeur, nous nourrissions l’espoir d’une meilleure qualité d’enseignement dans le monde universitaire,  et d’une meilleure prise en charge des patients en général,  et des patients drépanocytaires en particulier. Son décès a eu lieu le  jour même de la Journée internationale de la Drépanocytose, cela vient confirmer le fait que Dieu l’avait réellement créé pour cela.

Tout une vie au service de l’autre, comment l’œuvre du Professeur Alain ONDO peut servir de vision pour la jeunesse Ekang ?

Pour la Jeunesse Ekang, l’œuvre du Professeur Alain ONDO est un précurseur pour la réalisation d’un rêve de plusieurs destinées. Hormis le fait que c’était un scientifique hors pair, le Professeur était aussi un  Chef coutumier qui ne reniait pas ses origines, bien au contraire. Il savait allier Médecine moderne et Médecine traditionnelle en démontrant  que dans notre forêt,  il y a bien  des plantes qui contiennent des principes thérapeutiques pour  les soins des drépanocytaires. Vous avez dû le constater, dans une vidéo,  lorsqu’il réalisait des circoncisions, il avait conservé le côté purement traditionnel de l’événement. Alors que dans certaines structures,  la circoncision était juste un acte chirurgical comme tout autre, avec lui, il maintenait cet aspect solennel, comme au village, avec tout un cérémonial d’événement traditionnel. C’est ce qui faisait sa particularité …

Professeur Alain Ondo Chef coutumier

Le mot de fin

La Veuve et nous les enfants du Feu Professeur ONDO Alain,  tenons à remercier le magazine Savoir-Faire Ekang (SAFE MAG) pour l’intérêt qu’il a bien voulu porter à notre défunt père. C’est avec beaucoup d’émotions que  j’ai pu parler de notre père et cela sous ses différentes facettes. Le 19 Juin 2024 est la date premier anniversaire de son décès et pour cela, nous nous organiserons un évènement pour honorer sa mémoire et honorer tout le travail qu’il a accompli

Pour ses enfants,

Pour sa famille biologique,

Pour sa famille scientifique, 

Pour les patients drépanocytaires, 

Pour le Gabon

Je vous remercie…

Propos recueillis auprès du Docteur Aline ONDO Epse MATSA, fille de Professeur Alain Ondo par Sveltana Adah Mendome.

Sveltana Adah Mendome

Sveltana Adah Mendome, Rédactrice Savoir-Faire Ekang, Libreville, Gabon

Partager sur les réseaux sociaux

Articles de la même catégorie

Publicité

Articles les plus lus